Création de zones réservées selon la LAT


Ihr Kontakt


Au cours des dernières années, de nombreuses communes ont fait usage de la faculté qui leur est conférée par l’art. 27 al. 1 de la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) de créer des zones réservées, afin de disposer d’une marge de manœuvre aussi large que possible dans le cadre de la révision de leur planification territoriale. En raison de l’effet d’une telle décision sur les droits des propriétaires fonciers concernés, il en a résulté une abondante jurisprudence.

A teneur de l’art. 27 al. 1 LAT, s’il n’existe pas de plan d’affectation ou que l’adaptation d’un tel plan s’impose, l’autorité compétente peut prévoir des zones réservées dans des territoires exactement délimités. A l’intérieur de ces zones, rien ne doit être entrepris qui puisse entraver l’établissement du plan d’affectation. Une zone réservée ne peut être prévue que pour cinq ans au plus, le droit cantonal pouvant néanmoins prolonger ce délai. L’art. 27 al. 1 LAT est muet au sujet de la procédure d’adoption de telle zones et du moment de leur entrée en vigueur. Ces questions sont donc réglées au niveau cantonal.

La délimitation de zones réservées est une mesure conservatoire, prise aux fins d’établir des plans d’affectation ou de les modifier. Elle vise à garantir aux autorités chargées de l’aménagement du territoire – principalement les communes – la liberté de planifier et de décider, en évitant que des projets de construction (autorisables en tant que tels) ne viennent faire obstacle à la planification en cours.

L’effet principal de cette mesure est qu’aucune nouvelle autorisation de construire ne pourra en principe être délivrée en relation avec une parcelle comprise à l’intérieure de la zone concernée. Seules les constructions qui n’entravent pas l’aménagement futur envisagé peuvent recevoir l’aval des autorités. Lorsque les intentions de planification de la Commune ne sont pas très concrètes, les zones réservées ne peuvent entraîner que des interdictions de construire ou de modifier. Des travaux de modification ou de transformation dans des zones réservées restent toutefois possibles, à condition qu’ils n’entravent pas la mise en œuvre future du plan d’affectation. Il en résulte que lorsque le requérant estime que son projet remplit à la fois les conditions du droit actuel et celles du droit futur, il pourrait, en principe, prétendre néanmoins à la délivrance d’une autorisation de construire.

En revanche, la création d’une zone réservée n’a en principe pas d’effet sur les autorisations de construire qui sont entrées en force antérieurement. Les projets autorisés pourront donc être réalisés. Toutefois, lorsqu’il apparait qu’un tel projet se trouve en contradiction avec l’objectif de la planification, l’autorité communale pourrait, après avoir procédé à une pesée des intérêts en présence, décider de révoquer l’autorisation délivrée, à condition que les conditions d’une révocation soient réalisées dans le cas d’espèce. Une telle situation est toutefois extrêmement rare.

En pratique, l’adoption d’une zone réservée conduit généralement à une suspension des procédures d’autorisation de construire en cours en relation avec un bien-fonds compris dans la zone concernée. La décision de suspension est susceptible de recours.

Une autorisation de construire délivrée en relation avec une parcelle placée en zone réservée peut faire l’objet d’un recours de tout tiers bénéficiant de la capacité pour recourir au sens de la législation cantonale.

S’agissant de l’effet de la mesure sur les parcelles concernées, il y a lieu de noter qu’au stade de la création des zones réservées, leur affectation future est encore inconnue et qu’elles pourront ainsi subir des destins variés, comme par exemple un changement d’affectation (attribution à la zone touristique par exemple), une mise en attente (15 ans ou plus), ou un dézonage.

Les zones réservées sont des restrictions de droit public à la propriété, raison pour laquelle l’adoption d’une telle mesure doit en particulier répondre à l’exigence d’un intérêt public prépondérant et respecter le principe de la proportionnalité.

Les voies de recours contre la délimitation d’une zone réservée sont déterminées par la législation cantonale. Dans le cadre d’un recours, le recourant peut invoquer le fait que la mesure n’est pas conforme à la Constitution (fédérale ou cantonale), en particulier qu’elle ne répond pas à un intérêt public prépondérant ou que le principe de la proportionnalité a été violé. Il peut également faire valoir que la mesure ne tend pas à garantir dans les faits la mise en œuvre d’un futur plan d’affectation. A certaines conditions, il est également possible de contester l’instauration d’une zone réservée dans le cadre d’un recours contre un refus d’autorisation de construire qui résulterait de l’application d’une telle mesure.

Les chances de succès d’un recours apparaissent toutefois limitées, à tout le moins lorsqu’il s’agit de contester la mesure dans son principe même. En effet, le Tribunal fédéral considère que lorsque la zone réservée est créée pour une durée inférieure ou égale à cinq ans et dans le but de permettre à la commune de procéder à une adaptation des plans d’affectation des zones et de la réglementation y relative aux exigences de la nouvelle LAT, cette décision ne peut être qualifiée d’atteinte illicite à la garantie constitutionnelle de la propriété et n’ouvre donc pas la voie à une obligation d’indemnisation de la commune. En revanche, une telle démarche pourrait, lorsque les circonstances du cas d’espèce le justifient, éventuellement conduire à une adaptation de l’étendue de la zone réservée.

Cet article a été rédigé par Jacques Johner.


Artikel teilen



Highlights

MLL Meyerlustenberger Lachenal Froriep

MLL is a leading law firm in Switzerland with offices in Zurich, Geneva, Zug , Lausanne, London and Madrid. We specialise in representing and advising clients at the intersection of high tech, IP rich and regulated industries.

MLL ist eine der führende Anwaltskanzleien in der Schweiz mit Büros in Zürich, Genf, Zug , Lausanne, London und Madrid. Wir sind auf die Vertretung und Beratung von Mandanten an der Schnittstelle von High-Tech-, IP-reichen und regulierten Industrien spezialisiert.

MLL est une étude d’avocats de premier plan en Suisse avec des bureaux à Zurich, Genève, Zoug, Lausanne, Londres et Madrid. Nous sommes spécialisés dans la représentation et le conseil de clients à l’intersection des industries de haute technologie, riches en propriété intellectuelle et réglementées.

MLL Meyerlustenberger Lachenal Froriep>>

COVID-19

Read all our legal updates on the impact of COVID-19 for businesses.

Lesen Sie alle unsere rechtlichen Updates zu den Auswirkungen von COVID-19 für Unternehmen.

Lisez toutes nos mises à jour juridiques sur l’impact de COVID-19 pour les entreprises.

COVID-19 Information

Newsletter

MLL-News 02/21 mit Beiträgen zu Standardvertragsklauseln, Geoblocking, XBorder u.v.m.!

Zugang MLL-News 02/21

Jetzt anmelden!

Events

Jetzt anmelden! XBorder21 am 25. August 2021 – Trends im nationalen und internationalen E-Commerce

Die jährliche Veranstaltungsreihe XBorder21 findet am 25. August 2021 statt, dieses Jahr wieder als Präsenzveranstaltung im Moods, Schiffbau Zürich. Wir freuen uns sehr darauf, unseren Gästen wieder eine spannende physische Veranstaltung mit einem vielseitigen Tagungsprogramm und Gelegenheiten zum persönlichen Networken bieten zu können. Wie gewohnt bieten wir Ihnen ein umfassendes Programm zu allen rechtlichen Aspekten des nationalen und internationalen Online-Handels. Dabei werden wir den Tag in eine Reihe von thematisch fokussierten Vortragsblöcken aufteilen. Für jeden dieser Blöcke können Sie sich auf den gewohnten Mix von Inputs aus der Praxis und rechtlichen Tipps aus unserer Beratungspraxis freuen. Gleichzeitig erhalten Sie ausführlich Gelegenheit, den jeweiligen Experten live Fragen zu stellen.

Mehr erfahren!

Publications

Click here for our latest publications

Hier geht’s zu unseren neuesten Publikationen

Cliquez ici pour nos dernières publications