Zollrecht Arzneimittel

Le prix des médicaments suisses baisse encore


Vos contacts

Les plus récentes mesures adoptées dans le secteur des médicaments tant par le Conseil fédéral dans son ensemble qu’au Département de l’intérieur (entrées en vigueur le 1er mai 2012), signifient des pertes supplémentaires pour les entreprises pharmaceutiques en Suisse. Au regard de l’augmentation globale des chiffres d’affaires et des taux de croissance des bénéfices dans le secteur des sciences de la vie (« Life Science »), cela paraît peu important de prime abord. Toutefois, à la lumière de l’importance, du point de vue de l’économie publique, des pôles pharmaceutique, biotechnologique et médicotechnique existant en Suisse, les récents efforts tendant à soulager l’assurance maladie de base doivent être jugés de manière critique.

Il est certes vrai qu’à l’avenir, lors de l’admission d’un médicament (y compris l’extension des indications) dans la liste des spécialités (LS)[1], la comparaison thérapeutique croisée continuera à jouer un rôle à côté de la comparaison des prix pratiqués à l’étranger (désormais basée sur une durée moyenne de 12 mois). Cependant, lors des examens triennaux de la rentabilité, qui interviennent après l’admission, la comparaison thérapeutique croisée devrait fondamentalement disparaître (voir art. 65d al, 1bis OAMal). Il sera alors possible – mais seulement alors – possible de lisser les fluctuations des taux de change par une marge de tolérance nouvelle de 5%, au lieu de 3% jusqu’ici.

Ce faisant, la Suisse laisse de façon encore plus importante qu’aujourd’hui la fixation des prix de ses médicaments à l’étranger. Cette simple « implantation » grandissante de décisions émanant d’autres ordres juridiques affaiblit l’autonomie de la Suisse, et cela dans un domaine situé au-delà des discussions habituelles sur l’exécution (autonome) de dispositions européennes, à savoir que ce ne sont pas des dispositions de l’UE qui sont ici reprises, mais uniquement des décisions d’Etats individuels.

La pratique future de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) indiquera si la fixation des prix lors de l’admission d’une préparation dans la liste des spécialités se fera malgré tout encore avec une large marge d’appréciation ou si l’on ne se contentera pas, y compris à cette occasion, de principalement « mettre en application » les prix existants déjà à l’étranger.

S’agissant des prix du marché d’un de ses produits d’exportation les plus importants, la Suisse se retrouverait de fait sans voix juridique ou économique, ceci non seulement pendant sa durée de vie (« life cycle ») mais également lors de son introduction sur le marché.

Si même le prix des médicaments ne peut pas être fixé équitablement et de manière indépendante en Suisse, l’industrie des sciences de la vie court le risque de voir ses efforts croissants de recherches être valorisés de manière moins consensuelle, tant au plan national qu’au plan international, et de bénéficier d’une moins grande reconnaissance financière.

Les répercussions concrètes de la nouvelle règlementation sur les entreprises pharmaceutiques individuelles sont minimes, s’agissant de leur marge de manœuvre. Lors du réexamen triennal des prix, dans la majorité des cas d’espèce, un prix plus élevé que celui pratiqué dans les pays de référence ne sera jamais matériellement justifié. Il existe cependant des situations dans lesquelles un prix suisse plus élevé aurait pu (et dû) contribuer à adresser un signal à la recherche, constituer une mesure d’équité économique ou un encouragement aux thérapies. Dans chaque cas particulier, il faudra dès lors également examiner si l’interprétation littérale et l’application générale de ce nouvel article 65 al. 1 OAMal n’est pas disproportionnée ou ne constitue pas un traitement inégal de deux concurrents.

La question de savoir si d’éventuels recours contre les décisions résultant des examens triennaux des LS revêtent l’effet suspensif sera déterminante. L’OFSP ne pourra pas compter sans autre dans tous les cas sur le retrait de l’effet suspensif, contrairement à ce qui s’est passé lors des adaptations extraordinaires de prix ces dernières années. Des arrêts anciens du Tribunal fédéral qui suggèrent le contraire ne couvrent pas la nouvelle problématique dans toute sa complexité.


[1] La liste des spécialités de l’OFSP définit, sous forme d’un recueil de décisions individuelles, quels sont les médicaments qui doivent être remboursés aux assurés de base – soit tous les habitants – par l’assurance de base, sous quelles modalités et à quel prix.


Partager l’article




Highlights

MLL Legal

MLL Legal est l’une des principales études d’avocats en Suisse, avec des bureaux à Zurich, Genève, Zoug, Lausanne, Londres et Madrid. Nous conseillons nos clients dans tous les domaines du droit des affaires. Nous nous distinguons en particulier par notre expertise sectorielle de premier ordre dans les domaines spécialisés techniques et innovants, mais aussi dans les industries réglementées.

MLL Meyerlustenberger Lachenal Froriep

Newsletter

MLL Real Estate Legal Update 02/22 avec des articles sur le thème de la transition énergétique, mais aussi une présentation de la nouvelle L-QIF, de la révision de l’Ordonnance fédérale sur les travaux de construction et une analyse portant sur les implications fiscales des restructurations de portefeuilles immobiliers.

Accéder à la Newsletter 01/22

S’inscrire

Notre histoire

MLL Legal est une étude d’avocats suisse de premier plan dont l’histoire remonte à 1885. L’étude s’est développée à la fois de manière organique et par le biais de fusions stratégiques, dont la dernière a eu lieu le 1er juillet 2021 entre Meyerlustenberger Lachenal et FRORIEP.

Cette fusion fait de MLL Legal, une nouvelle entité combinée, l’un des plus grands cabinets d’avocats d’affaire de Suisse, avec 150 avocats répartis dans quatres bureaux en Suisse et deux bureaux à l’étranger, à Londres et à Madrid, au service de clients recherchant des conseils en droit suisse.

Notre étude a un profil international fort et réunit un leadership et une expertise reconnus dans tous les domaines du droit qui touchent le monde des affaires aujourd’hui, avec un accent sur les secteurs de la haute technologie, l’innovation et la réglementation.

A propos de nous
 

Publications

Cliquez ici pour accéder à nos dernières publications.

COVID-19

Lisez toutes nos mises à jour juridiques sur l’impact de COVID-19 pour les entreprises.

COVID-19 Information

Postes vacants

Vous cherchez un nouveau défi ?

Nos équipes talentueuses et ambitieuses sont motivées par une vision commune pour réussir. Nous apprécions la communication ouverte et directe à tous les niveaux de l’organisation dans un environnement de travail favorable.

Postes vacants

Nouvelles de l’étude

Cliquez ici pour les dernières nouvelles de l’étude.

Notre équipe

L’environnement réglementaire et technologique exige continuellement des entreprises qu’elles s’adaptent et évoluent.
MLLL compte plus de 150 avocats, qui innovent en permanence et cherchent constamment à améliorer leur pratique. Nous adoptons de nouvelles idées et technologies, en associant notre riche expertise à une pensée créative et réactive. Grâce à notre approche pratique, nous mettons en œuvre des solutions viables pour répondre aux défis juridiques les plus complexes.

A propos de nous notre équipe.

Droit de l’immobilier et de la construction

Découvrez nos articles au sujet du droit de l’immobilier et de la construction.
Droit de la construction

MLL Legal sur les médias sociaux

Folgen Sie uns auf LinkedIn, Twitter und Instagram.